Nature Aubrac

La Boralde de St-Chély polluée

La Boralde de St-Chély polluée

On octobre 29, 2010, Posted by , In Articles de presse, By ,,, , With Commentaires fermés sur La Boralde de St-Chély polluée

Retour

Paru dans le Bulletin d’Espalion du 29 octobre 2010

La Boralde de St-Chély-d’Aubrac polluée

A qui la faute ?

Encore une fois, un ruisseau emblématique de l’Aubrac, la Boralde de St-Chély, a subi une pollution.

Je suis président de l’AAPPMA (association agréée de pêche et de protection du milieu aquatique) d’Espalion et fus alerté par un pêcheur d’Espalion qui avait assisté à la brutale et totale mortalité des truites du secteur où il était en train de pêcher.

Prévenu tard le soir, je me suis rendu sur les lieux le lendemain et n’ai pu que constater l’ampleur du désastre écologique sur environ 1 km de ce ruisseau magnifique. Tout au long de ce parcours, ce sont plusieurs centaines de truites mortes, toutes les «classes d’âge» anéanties, des alevins de l’année de quelques centimètres à des truites de 32 cm, sans oublier tous les invertébrés. Affligeant, désolant, consternant et révoltant spectacle !

Evidemment, j’ai alerté le pouvoir de la police le plus proche, la gendarmerie de St-Chély-d’Aubrac, qui a constaté en ma présence cette mortalité, et au nom de l’AAPPMA d’Espalion et de la Fédération de pêche dont je suis administrateur, j’ai porté plainte. Plainte réalisée en bonne et due forme par la gendarmerie, qui nous l’espérons ne sera pas classée sans suite ! Car cette fois, dans le cas de cette pollution, avérée et constatée, il devrait être relativement facile d’en trouver l’origine.

Les faits

Le témoin pêcheur s’adonne à sa passion à partir du Moulin du Terral, auprès d’une Boralde en étiage, aux eaux parfaitement limpides, il pêche et remarque des truites en surface, avec le cercle orbital blanc et qui sont agonisantes. Remontant le ruisseau, il aperçoit sur le fond, un nombre impressionnant de truites mortes, de toutes tailles et ce dans chaque trou d’eau. Il continue et à partir d’un petit ru, situé sur la rive droite, plus de poissons morts.

Pour vérifier ses constations, pêchant ce jour-là à la mouche artificielle, il capture un ou deux poissons. Rebroussant chemin, et après avoir passé la confluence avec le petit ru, il s’aperçoit que l’eau est devenue turbide, de couleur gris-marron. Il venait d’assister en direct à une pollution identique à celle qui avait occasionné la mortalité des poissons.

Cette pollution, constatée sur environ 1 km, est récurrente, et d’autres pêcheurs m’avaient alerté au cours d’années précédentes, de mortalité diffuse durant l’été. Et si, dans cette zone agressée, on peut encore trouver des truites, c’est dû au fonctionnement biologique de la Boralde, et en particulier de sa population de truites qui, en fonction des saisons, se déplacent de la confluence avec le Lot jusqu’aux sources et inversement.

Pour faire simple, les adultes remontent le ruisseau pour se reproduire, c’est la «montaison » (octobre, novembre) et les juvéniles parfois trop nombreux en certains points se déplacent vers l’aval, c’est la dévalaison, en compagnie de certains adultes qui vont coloniser eux aussi les parties du ruisseau qui peuvent les accueillir.

C’est ainsi que la partie du ruisseau dévastée peut retrouver en une saison une fraction de son potentiel d’accueil.

Cette pollution a constitué une atteinte majeure aux intérêts défendus par nos AAPPMA, qui mettent d’une part tout en oeuvre pour maintenir des cours d’eau diversifiés et fonctionnels, et d’autre part faire appliquer les législations relatives à la protection de l’environnement.

En effet, l’intérêt et la nécessité de préserver ces joyaux naturels que sont les Boraldes présentent à la fois un triple objectif de protection de l’environnement, de préservation des ressources en eau, et de sécurité publique. Le bon fonctionnement de nos ruisseaux est en effet le garant de la biodiversité (qui semble tant intéresser nos élus ces derniers jours…) d’une bonne qualité de l’eau et d’une régulation correcte des écoulements.

A l’heure où l’on prône tant ces valeurs de la biodiversité, nous formulons le voeu que cette pollution ne reste pas impunie, et que les lois de la République soient appliquées.

Yves ANGOY,
Président de l’AAPPMA d’Espalion

.

Comments are closed.